Le site officiel de
la Mairie

logo2-toussus-le-noble

Blog

Déclaration de revenus 2017 sur les revenus de 2016

Deux axes forts caractérisent cette campagne déclarative 2017 : la poursuite de la généralisation de la déclaration en ligne et la préparation de la mise en oeuvre du prélèvement à la source.

La généralisation progressive de la déclaration des revenus en ligne sur impots.gouv.fr  entre dans sa deuxième année d'application : les foyers dont la résidence principale est équipée d'un accès à internet et dont le revenu fiscal de référence est supérieur à 28 000 € en 2016, doivent faire leur déclaration en ligne. Toutefois, ceux qui estiment ne pas être en mesure de le faire peuvent continuer à utiliser une déclaration papier. En ce qui concerne les Yvelines, 59% des déclarations de revenus ont été réalisées sur internet l’année passée, soit 441 000.

Le site impots.gouv.fr a été entièrement rénové pour une utilisation toujours plus simple, 15 ans après sa création. Pour faciliter son utilisation, il s'organise désormais autour des «faits marquants et des événements de vie» des usagers avec un fonds documentaire entièrement revu. Les principales démarches fiscales peuvent être effectuées en ligne et sur les smartphones ou tablettes en toute sécurité, 7 jours sur 7, 24h sur 24.

Dans ce contexte, la DGFiP continue à se mobiliser pour accompagner la prise en main de la déclaration en ligne par les particuliers (1 contribuable sur 2 déclare déjà en ligne) et à améliorer la qualité de l'ensemble de ses services en ligne. Dans les Yvelines, des zones d'accueils informatiques en libre service sont accessibles et des agents sont disponibles afin d'aider les usagers dans ces démarches.

Pour la deuxième année, les usagers pourront également bénéficier d'un avis de Situation Déclarative de l’Impôt sur le  Revenu (ASDIR) : il s'agit d'un document qui est immédiatement fourni à l’issue de la déclaration des revenus en ligne.

Il permet à tous les usagers imposables ou non, qui déclarent en ligne et qui ont les revenus ou charges les plus courants, de disposer de leur avis en ligne immédiatement après la signature de leur déclaration. L'ASDIR est désormais le  document de référence, et il remplace l'avis de non-imposition, pour les usagers non imposables. Il leur permet de faire valoir leurs droits auprès des partenaires de la DDFiP dès la mi-avril : banque, bailleurs, administrations.

La déclaration de revenus dans la perspective du prélèvement à la source : en 2017, les modalités de déclaration des revenus de 2016 et le recouvrement de l'impôt sur ces revenus demeurent inchangées. Il est donc nécessaire de continuer à déposer une déclaration de revenus dans les conditions habituelles.

Simplement, les usagers devront compléter ou rectifier les informations relatives à leur état civil lorsque cela s'avère nécessaire et compléter ou modifier le cas échéant leurs coordonnées bancaires sur leur déclaration afin de sécuriser et faciliter les échanges financiers avec la DGFiP notamment lors de restitutions de crédits d'impôt.

La déclaration est également aménagée cette année afin de permettre aux usagers de compléter les noms, prénoms, date et lieu de naissance de leurs enfants de plus de 15 ans afin de leur attribuer un numéro fiscal et préparer leur entrée dans le monde du travail.

La déclaration de revenus est enrichie de cases détaillant plus finement qu'auparavant certains revenus pour calculer au plus juste le taux de prélèvement à la source qui s'appliquera en 2018. Et les principales dépenses ouvrant droit à réduction et crédit d'impôt seront désormais regroupées sur une seule déclaration : la déclaration 2042 RICI.

Le calendrier:

-Le service de déclaration en ligne est ouvert à compter du jeudi 13 avril.

-Les habitants des Yvelines peuvent déclarer en ligne jusqu’au mardi 6 juin à minuit.

-Les déclarations papier ont été envoyées à compter du mardi 4 avril. La date limite de dépôt des déclarations papier est fixée au mercredi 17 mai à minuit.

Déclarez vos revenus en ligne

c’est simple, souple et sûr

en 3 clics sur

impots.gouv.fr

En savoir plus

Vedecom : une piste à induction pour véhicules électriques

Le 28 mars 2017, Vedecom (Institut du véhicule décarboné, communicant et de sa mobilité) a ouvert ses portes pour présenter ses dernières avancées technologiques. L’événement s’est déroulé en présence de divers élus et partenaires sur le site de Versailles Satory.

En dehors de l’inauguration d’un laboratoire consacré à la fiabilité et à l’électronique de puissance, c’est surtout le lancement d’une piste à induction de plusieurs centaines de mètres qui a marqué les esprits. Concrètement, le projet, baptisé Fabric, permet d’ores et déjà la recharge dynamique et sans contact, une révolution dans le milieu des véhicules électriques.

 

De l’induction pour quelles applications ?

Aujourd’hui, les utilisateurs possèdent le choix de recharger leurs voitures par le biais de bornes se situant à domicile ou ailleurs. Ce procédé, aussi novateur soit il, présente toutefois quelques désagréments : temps de chargement des batteries, accessibilité des bornes en cas de long trajet ou de « panne sèche »…

La technologie proposée par Vedecom pourrait permettre de pallier ces inconvénients. Selon l’institut, l’automobiliste aura la possibilité dans un futur plus ou moins proche, de recharger ses batteries tout en circulant sur des portions de routes dédiées, et ce, sur des autoroutes ou encore des périphériques en zones urbaines. « Il s’agit d’un très beau challenge, commente Luc Marbach, directeur général de Vedecom. Car recharger un véhicule électrique tout en roulant à 90 ou 110 km/h est très innovant. »

 

 

Des essais à la réalité, il y a… l’économie

Pour l’heure, la piste de Satory a pour objectif d’apporter une validation sur un plan purement technique. « Elle va en effet nous permettre de démontrer que nous savons d’ores et déjà le faire », poursuit Luc Marbach.

Cependant, avant d’imaginer un développement à plus grande échelle, des questions d’ordre stratégique et économique pointent à l’horizon. « Notre système nécessite des infrastructures lourdes, reconnaît le directeur général. Bien entendu, nous nous demandons déjà quels seront les investissements nécessaires pour le mettre en œuvre. » De toute façon, l’avènement de la route à induction risque fort de bousculer l’univers dans lequel bon nombre d’ingénieurs planchent actuellement dans le monde entier : à l’avenir, faudra-t-il embarquer toujours plus de batteries (ou passer par des batteries à recharge rapide) à l’intérieur des véhicules ou opter pour la piste à induction ?

Cette question devrait être tranchée par des raisons économiques et de rentabilité. Et là encore, Vedecom pense pouvoir apporter des éléments de réponses : « Avec son lot de constructeurs, de personnes dédiées à la réalisation des routes, celles travaillant sur l’électronique…, je pense que nous représentons un bon écosystème pour explorer les conditions de réussite d’un tel projet, conclut Rémi Bastien, président de l’institut. Vedecom pourra d’une manière ou d’une autre participer à la résolution de cette équation économique. »

 

En savoir plus

Accès direct

vigipirate

Plan d'accès

Crédits photos : Pixel Photo / CA VGP

© 2015-2016 Mairie de Toussus-le-Noble - 

Partenaires

Logo VGP

Votre recherche sur notre site :

ecusson